BAFF 2021

Du 11.11 au 14.11, CINEMATEK accueille à nouveau, après l’annulation de l’année dernière, le BAFF – Brussels Art Film Festival, et ceci pour la cinquième fois. Un choix de documentaires courts et longs qui explorent des pratiques artistiques aussi variées que la danse, la peinture, la musique, la littérature ou l’architecture. La compétition proposera du 11.11 au 14.11, 16 films récents en lien avec la Belgique, dont trois seront récompensés au terme du week-end par un jury. Le BAFF programme également un panorama international rassemblant les meilleurs films récents et pour la plupart inédits dans notre pays. Une occasion unique de découvrir des artistes, des pratiques, des histoires et des visions du monde insoupçonnées.

image
Jeudi 11.11 13:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

BAKOLO MUSIC INTERNATIONAL
  • Tom Vantorre, Benjamin Viré , BE , 2020
  • ⁄ 88' ⁄ FR, LIN & EN ⁄ FR

Le groupe de rumba congolaise, Bakolo Music International, vient de fêter ses 70 ans. Pressés par le temps, et motivés comme jamais, les vieux musiciens se sont remis au travail et ont retrouvé le chemin des studios pour y enregistrer de nouveaux morceaux. Bikunda, le leader du groupe, a accompagné durant des années Papa Wendo, le père de la rumba kinoise, en Afrique, en Europe, au Canada et dans dix-sept États américains lors de grandes tournées internationales. Et la toute dernière, à bientôt 80 ans pour certains, c’est maintenant ou jamais. Quoi qu’il arrive dans ce périple que la caméra va suivre de bout en bout, les musiciens de Bakolo Music International vont continuer à jouer leur musique, jusqu’à ce que leur dernier mouvement soit un accord de guitare, leur dernier souffle un phrasé de saxophone et leur dernier pas, un pas de danse.

En présence des cinéastes (sous réserve).

image
Jeudi 11.11 15:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

BARE
  • Aleksandr Vinogradov , BE , 2020
  • ⁄ 91' ⁄ FR & EN

Alors que notre rapport au corps de l’autre a sérieusement été éprouvé depuis plus d’un an, alors que la proximité est devenue un problème essentiel, le documentaire du cinéaste Aleksandr Vinogradov, Bare (Nu), nous plonge dans le monde d’avant d’une manière radicale et déconcertante. En suivant le processus de création du spectacle du chorégraphe belge Thierry Smits intitulé Anima Ardens, le cinéaste filme les corps nus au plus près, sans artifices ou faux-semblants, comme les derniers espaces de liberté. Invité dès le départ de cette aventure auprès de l’artiste belge, Aleksandr Vinogradov suit donc chacune des étapes : le casting, les terribles éliminations, le travail quotidien, les pauses clopes, les doutes, les remises en question, les douches, jusqu'au moment où, enfin, le spectacle pourra voir le jour.

En présence du cinéaste.
Première belge.

image
Jeudi 11.11 17:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

DANIEL DARC : PIECES OF MY LIFE
  • Marc Dufaud, Thierry Villeneuve , France , 2019
  • ⁄ 105' ⁄ FR

Ils sont cinq musiciens, ils ont la vingtaine. Les années 80 battent son plein. L’alcool, la drogue, les idées noires aussi. Du jour au lendemain, leur groupe Taxi Girl devient l’emblème after-punk français. Mais tout s’effondre très vite... L’histoire de Daniel Darc, le chanteur du groupe, est celle d’un succès fulgurant suivi d’une rapide descente en enfer. Le chemin du retour sera long et difficile. Le film est le fruit d’une amitié longue de 25 ans durant lesquelles Marc Dufaud enregistre son ami Daniel. 25 ans de bobines en 8 mm, puis en VHS. Des images imparfaites, à l’arrache, comme lui. Inoubliables, comme lui – et baignées de tendresse et de regrets. Récit d’une vie rebelle et borderline, Pieces of My Life est aussi le portrait d’une époque, d’une bande d’amis, de leurs rêves et de leurs échecs. Sans jugement. Car l’art ne connaît pas la morale, tout comme les âmes passionnées.

image
Jeudi 11.11 19:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

TRACES OF A LANDSCAPE
  • Petr Zaruba , CZE-IT , 2020
  • Prod : Cinepoint, Mammut Film, Czech Television
  • ⁄ 67' ⁄ CS ⁄ EN

Jan Jedlička est né en 1944 à Prague. Il y a étudié la peinture avant d'émigrer pour la Suisse en 1969. Depuis, son travail se décline entre photographie, peinture et cinéma. Petr Zaruba le suit dans sa quête de pigments, de couleurs et d’espaces. À la campagne, seul, il travaille. Peu à peu, autour de lui, le monde respire. Un chat vient ronronner entre ses jambes sur une terrasse ombragée. Il se balade longuement dans les paysages désertiques qu’il veut peindre… avant qu’il ne revienne doucement au monde et aux autres, à travers l’impression de ses lithographies, la préparation d’une exposition... Il y a de l’austérité dans ce rapport à l’image, au regard, à l’attention portée aux lignes et aux couleurs. Une austérité que le réalisateur accompagne de silences profonds, de gestes ténus ou de larges cadrages qui laissent le temps s’évaporer. Il y a surtout une attention minutieuse et délicate au réel que le cinéma contemplatif de Zaruba réussit à nous faire éprouver.

image
Jeudi 11.11 21:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

THE EUPHORIA OF BEING
  • Réka Szabó , HU , 2019
  • Prod : Campfilm Production, The Symptoms
  • ⁄ 84' ⁄ HU ⁄ EN

Après la lecture de The Soul of Things, une autobiographie signée Éva Fahidi, survivante de l'Holocauste et danseuse de formation, Réka Szabó décide de créer un spectacle à ses côtés qui s’inspire de sa vie. Pour ce faire, elle engage la danseuse Emese Cuhorka, qui, tout au long de la pièce, servira à la fois de double, de souvenir et de colonne vertébrale à la vieille dame. Des premières rencontres au développement de la pièce lors de répétitions épuisantes, jusqu'à la première représentation du spectacle, The Euphoria of Being suit tout ce processus créatif mais aussi les liens intimes et profonds qui se nouent entre les trois femmes, dans la transmission et la réparation. Avec beaucoup de pudeur et de délicatesse, ce témoignage vibrant d’une femme à jamais marquée par l’histoire - mais que l’histoire n’aura jamais vaincue - devient, par la grâce de cette représentation, l’affaire de toutes et tous.

image
Vendredi 12.11 19:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

IN A SILENT WAY
  • Gwenaël Breës , BE , 2020
  • Prod : Dérives
  • ⁄ 88' ⁄ FR & EN ⁄ FR

Fan du groupe Talk Talk aujourd'hui disparu, Gwenaël Breës embarque son équipe de tournage sur les côtes anglaises, à la recherche de son très charismatique et énigmatique chanteur Mark Hollis. Un leader si mystérieux que le cinéaste va devoir se glisser, avec beaucoup d’innocence et une bonne dose d’inventivité, dans la longue et belle lignée du film impossible, ce genre si périlleux où l’artiste recherché se dérobe sans cesse. Et c’est avec l’énergie du désespoir que ce journal filmé se tisse entre documentaire et fiction, frontal, burlesque et volontairement anti-spectaculaire. Au fil de cette narration presque lascive, construite sur des boucles rythmiques lancinantes, c’est un rêve d’enfant qui se raconte, un autoportrait à la recherche d’un personnage flottant, évaporé, fantomatique qui résonne joliment longtemps après l’avoir entendu.

En présence du cinéaste.
Première belge.

image
Vendredi 12.11 21:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

WHITE RIOT
  • Rubika Shah , UK , 2019
  • Prod : Smoking Bear Productions
  • ⁄ 80' ⁄ EN ⁄ FR

Dans les années 70, au Royaume-Uni, le mouvement d’extrême-droite ouvertement raciste The National Front se fraie un chemin jusqu’aux marches du pouvoir. Effrayé et révolté, un petit groupe d’amis se lance dans l’impression d’un fanzine et l’organisation de concerts pour faire barrage. L'idée est de réunir groupes de musique et public noirs et blancs autour de la musique. Ce sera Rock Against Racism qui, de concerts en concerts, finira le 30 avril 1978 par réunir plus de 100.000 personnes pour une marche contre le racisme à Londres, de Trafalgar Square jusqu’à Victoria Park où vont se produire The Clash, Tom Robinson Band, X-Ray Spex, Steel Pulse... Si le long-métrage de Rubika Shah est étonnamment d’actualité, il est aussi un hommage à cette bande entrée en résistance, avec les moyens du bord et beaucoup d’esprit punk! White Riot n’est donc pas qu’un titre d’une chanson des Clash, c’est aussi un appel à la révolte, un rappel nécessaire.

image
Samedi 13.11 13:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

MARGIELA IN HIS OWN WORDS
  • Reiner Holzemer , BE , 2019
  • ⁄ 90' ⁄ EN/FR ⁄ FRNLEN

Le célèbre couturier Martin Margiela a construit une image sans visage, une silhouette sans corps, une marque sans logo dont le seul signe distinctif est devenu culte: quatre petits points blancs cousus sur le vêtement. No name. Nothing. Alors qu’il refuse interviews, photos officielles et saluts à la fin des défilés, le créateur a accepté ici de prendre la parole (mais en ne montrant que ses mains) et nous guide à travers ses collections. Il revient sur son parcours depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte, sur ce qui l’a poussé à fonder la Maison Martin Margiela et, après vingt ans et quarante-et-une collections révolutionnaires, exténué et dégoûté, sur ce qui l’a conduit à quitter le monde de la mode. En silence. Sans annonce publique. Mêlée aux témoignages de proches et à une musique originale signée dEUS, la voix off de Margiela révèle les merveilles et turpitudes de la création, et sous l’objectif de la caméra, une fois encore, ce sont ses mains qui font.

image
Samedi 13.11 15:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

OPUS & EDEN

OPUS: Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, Pauline Pastry explore, au travers de médiums aussi variés que la vidéo, la photographie, la sculpture et l’édition, l’évolution de la condition ouvrière dans le contexte de la grande désindustrialisation actuelle. Le véritable sujet de son œuvre est le corps, celui de l’ouvrier, et plus spécifiquement encore, celui de son père, employé dans une fonderie du sud-ouest de la France. À l’heure de la robotisation et de l’accélération incessante des cadences, la cinéaste filme les corps impactés, industrialisés, pliés aux injonctions permanentes d’intensification des rythmes et d’augmentation des rendements à travers la chorégraphie atypique de trois hommes en mouvement. Ils dialoguent, parlent de leur quotidien, de leur condition d'ouvriers, de l’arrivée des robots. Et c’est un regard politique autant que poétique qui s'impose là avec beaucoup de grâce et de douceur.

EDEN: Dans l'ambiance euphorique de l'Exposition universelle de 1958, un quartier dans la banlieue d'Anvers a vu le jour. Son nom? Eden. Plus de 120 maisons préfabriquées totalement identiques ont poussé comme poussent les champignons pour héberger temporairement les touristes venus visiter la mythique Expo 58. Après l'événement, les maisons ont été vendues à des particuliers, et ce qui avait été autrefois conçu à l’identique a lentement mais sûrement trouvé le chemin de la particularité sous l'impulsion des propriétaires privés. Une exploration poétique et intime de l’extérieur et de l’intérieur des maisons met au jour un certain art d’habiter des lieux et leur impact sur les vies et les corps. Une occasion de réfléchir à la construction de «son paradis», d'individualiser son environnement afin de lutter pour un «bonheur unique». Mais à quel point sommes nous uniques dans notre quête du bonheur

En présence du cinéaste.

image
Samedi 13.11 17:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

SERENDIPITY
  • Prune Nourry , USA , 2019
  • ⁄ 74' ⁄ FR

Depuis plusieurs années, Prune Nourry explore le corps dans des œuvres d’art marquantes et provocatrices non dénuées d’humour. Fécondité, êtres hybrides, sélection du sexe mais aussi définition de la féminité dans différentes cultures sont les sujets d’un travail qui oscille entre médecine, science et de nombreux champs artistiques. C’est à l’âge de 31 ans, comme si ses recherches la rattrapaient, que la jeune femme apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. La caméra va alors devenir sa compagne, sa thérapie. Son cancer, lui, sera un sujet exploratoire qui va lui servir à se repositionner. Créer partout, créer tout le temps, filmer la bataille même lorsque son corps est un faible soldat, Serendipity est un shoot d’énergie, de courage et de force, une réappropriation de son corps et de soi et montre que créer, c’est guérir un peu.
Première belge.

image
Samedi 13.11 19:00 Le Doux|upper Cart

SON CHANT: En parcourant ses archives vidéos tournées il y a longtemps, la cinéaste expérimentale Vivian Ostrovsky redécouvre une séquence nocturne oubliée de la réalisatrice belge Chantal Akerman en compagnie de la violoncelliste Sonia Wieder Atherton. Ce moment retrouvé l’incite alors à s'intéresser de plus près au travail sonore des films d’Akerman et à la collaboration étroite qui a lié ces deux femmes sur plus de 20 films.

En présence de la cinéaste.
Première belge.

CEZANNE: Sophie Bruneau, accompagnée à la caméra par la photographe Marie-Françoise Plissart, s’est installée pour un temps dans l'atelier de Cezanne dit atelier des Lauves. Cette bastide assez modeste située à Aix-en-Provence lui servit d’atelier entre 1901 et 1906, c’est-à-dire la dernière partie de sa vie. Cezanne travaille tous les matins dans ce grand espace baigné de lumière et de silence, parmi les objets qui lui sont chers. Trois êtres à présent se sont fait les gardiennes du lieu. Elles époussettent, désinfectent, accueillent et guident les visiteurs et les visiteuses… parfois elles restent là, présences tutélaires et paisibles comme imprégnées par l’atmosphère sensible qui se dégage du lieu. C’est que des fantômes rôdent et que l’invisible chuchote entre ces murs. Comme dans un tableau avec des pommes qui ne sont pas à croquer mais qui nous engloutissent, nous absorbent lentement dans le silence de la matière et dans la force des choses, le film lui aussi nous absorbe, nous fait entrer dans un état de contemplation muette où la lumière et les formes ont triomphé.

En présence de la cinéaste.
Première belge.

image
Samedi 13.11 21:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

L.A. TEA TIME
  • Sophie Bédard Marcotte , CA , 2019
  • ⁄ 82' ⁄ FR & EN ⁄ FR

Alors qu'il fait froid au Québec et que sa dernière exposition se termine dans la plus grande discrétion, l'artiste Sophie Bédard Marcotte décide d'embarquer sa complice et cheffe opératrice pour un long voyage sous des cieux plus cléments. L'objectif (car il en faut toujours un): rencontrer son idole, l'artiste et cinéaste Miranda July. Destination Los Angeles donc. Road movie léger et joyeux, plein d'autodérision et de tendresse, L.A. Tea Time nous entraîne dans une série de rencontres improbables, d'impasses, de chemins de traverse et de paysages plus cinématographiques les uns que les autres... Il s'avère une grande rêverie autour du cinéma dont le climax sera un face-à-face inattendu, au milieu du désert, avec la déesse du cinéma en personne: Chantal Akerman. Peu à peu, ce doux fantasme de faire un film, à force de se projeter ici et là, par touches, essais et désirs ébauchés, finit bel et bien par prendre corps…

Première belge.

image
Dimanche 14.11 13:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

PHÈDRE OU L’EXPLOSION DES CORPS CONFINÉS/ PHÈDRE AGAINST COVID
  • Méry Fortunat-Rossi , BE , 2021
  • ⁄ 67' ⁄ FR ⁄ EN

Ils sont comédiens et comédiennes, danseurs, danseuses et chorégraphes, elle est metteuse en scène. Dans une salle de répétition, ces artistes travaillent sur la tragédie Phèdre, écrite par Jean Racine en 1677, et qui devrait être montrée au Théâtre des Martyrs, à Bruxelles. Sauf que… nous sommes en mars 2021. Ils sont comédiens et comédiennes, danseurs, danseuses et chorégraphe, elle est metteuse en scène. Ensemble, ces artistes essaient de monter Phèdre, une pièce sur un mal invisible… Au gré des confinements, déconfinements, ouverture, annulation, espoir, avis divergents, les artistes aux nerfs de plus en plus éprouvés se retrouvent ensemble autour d’un projet qui, peu à peu, semble leur échapper. Dans un monde qui, déjà, a perdu ses couleurs, il va être question de mettre en mots, en corps, en espace et en voix, toutes les blessures.

En présence des artistes Pauline d’Olonne & Pierange Buondelmonte.

image
Dimanche 14.11 15:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

JUSTE UN MOUVEMENT
  • Vincent Meessen , BE , 2021
  • ⁄ 110' ⁄ FR, CH,WO ⁄ FR-EN

Juste un mouvement revisite l'héritage colonial occidental et le met en relation avec l'histoire des mouvements d'avant-garde et d'indépendance du XXe siècle, mais aussi
de la stratégie chinoise actuelle menée en Afrique. Au centre de ce film, une figure charismatique, le jeune philosophe sénégalais Omar Blondin Diop, révolutionnaire, acteur chez Godard, militant maoïste, mort dans une prison sous Léopold Sédar Senghor à l’âge de 26 ans. Cette vie, le film nous la dévoile peu à peu avec à l’appui des images d’archives, les extraits du film de Godard, et les témoignages de celles et ceux qui ont aimé et soutenu ce jeune homme. Pour autant, le film ne se résume pas à une biographie avec interviews et montage d’archives, car pour le cinéaste, raconter cette histoire sert surtout ici à ré-évaluer son potentiel politique actuel.

En présence du cinéaste.

image
Dimanche 14.11 17:00 Le Doux|upper Cart

BAFF 2021

CALAMITY JANE & DELPHINE SEYRIG, A STORY
  • Babette Mangolte , USA-VS-FR , 2020
  • ⁄ 87' ⁄ EN ⁄ FR

En 1975, la cinéaste, photographe et cheffe opératrice Babette Mangolte rencontre l'actrice Delphine Seyrig sur le tournage de Jeanne Dielman de Chantal Akerman. Quelques années plus tard, lorsque Seyrig découvre les lettres de Calamity Jane à sa fille perdue, correspondance considérée comme culte dans le milieu féministe, elle décide d’en faire un documentaire. En 1983, Babette Mangolte la suit aux États-Unis pour filmer les repérages de son projet qui ne verra jamais le jour. Il aura donc fallu attendre 2019 pour que ces images trouvent leur place dans un film qui lie le féminisme bouillonnant de l’époque et les combats actuels. Tissant une matière riche et composite autour des nombreuses figures féminines qui traversent cette histoire, Mangolte réalise aussi un drôle d’objet, un film sur un désir de cinéma, sur cet autre film jamais abouti, fantôme. Comme un cadeau, une réparation par delà la mort.

Première belge.