facebook instagram twitter
X

Votre don fait vivre le cinéma !
Uw gift brengt film tot leven!

EXPO

FERNAND SCHIRREN


Fernand Schirren EXPO

À la fois compositeur, musicien et professeur de rythme essentiel chez Béjart ou Anne-Teresa de Keersmaeker, Fernand Schirren a été le principal pianiste accompagnateur des films muets à CINEMATEK depuis la création du Musée du Cinéma en 1962 jusqu’à 1982, date à laquelle il forme l’équipe de pianistes des projections quotidiennes à venir. À leur intention, il écrit de sa plume un manuel d’instruction. Récemment retrouvé, ce document inédit, reflétant à la fois la truculence et la sagesse du personnage, sera publié à l’occasion d’une exposition qui se tiendra dans notre musée à partir du mois de novembre. Nous avons donné la parole à Alain Roch, l’ami à qui Schirren a transmis ce précieux manuscrit.

 

1er Mouvement : Moderato

C’est au Musée du Cinéma que j’assiste à ma première séance du film Le Dernier des hommes accompagné par Schirren dans cette caverne du muet dont il m’a semblé qu’elle fut creusée par Corneille Hannoset pour ce seul pianiste de génie, possédant même le don de dématérialisation (en léger fondu)…

2e Mouvement : Furioso

Il y a ensuite mon apprentissage au Théatre des jeunes créé par les ex Comédiens Routiers : le mime Marcel Cornélis, le décorateur Didier Maillon, les frères Huisman (…). Théâtre total, on y doit tout pratiquer, de la danse classique aux montage de sons sur bande magnétique. Schirren nous donne son cours de rythme et là, plus question d’immatérialité. À 18 ans et un peu rêveur se trouver devant cet ultra-terrestre est quelque peu perturbant. Il est question de retrouver en nous la source d’une énergie primordiale, primitive même. Cet enseignement qui n’est en aucun cas empreint d’exotisme est d’un pragmatisme percutant et est teinté d’humour.

3e Mouvement : Allegretto

La chose étant trouvée, Maillon m’intègre à l’immense troupe de la rue Barra où les ateliers de décors de l’Opéra National partagent le lieu avec l’école de danse Mudra et les salles de travail du Ballet du XXe siècle. Même ambiance, on y fait tout et partage tout : pas de danse et coups de marteaux. Schirren y forme et maintient les danseurs de Maurice Béjart dans la pratique du Rythme Souverain…aussi le nôtre, Boum et…Boum…avec allégresse. Les danseurs viennent travailler avec nous et nous terminons nos journées et quelques fois nos nuits avec Schirren, arpentant Bruxelles en collègues.

4e Mouvement :

Un moment de suspension nous a rapprochés définitivement : l’incendie dramatique des ateliers et de l’école de danse, réduisant en cendres les archives de l’opéra et du Ballet du XXe siècle , les décors historiques et ceux de Francis André dont ne subsistent aujourd’hui que ses automates. On m’en avait confié l’entretien avant leur transfert à la Maison du Spectacle de la Bellone…

5e Mouvement : Vivace

Nous nous voyons ensuite toutes les semaines, chez lui. Schirren vit alors seul, reclus volontaire dans son appartement (une ancienne boutique) de l’avenue de la Couronne, un antre (comme la salle du muet créée en 1982 au Musée du Cinéma) où ne filtre pas la lumière du jour. La seule vraie peur que je lui connaissais est sans conteste la peur de manquer : il rassemble d’innombrables plumes et crayons (toujours les mêmes) qui l’accompagnent dans l’exigeante mise au point, du contenu et de la forme, de ses écrits d’une calligraphie vivante et absolument remarquable.

6e Mouvement : et …

Par amitié pour mon amie la photographe Francine d’Hulst, il accepte d’être photographié lisant devant les portées de pipes de sa collection, semblables à des notes. Cela sera le seul portait de lui-même qu’il accrochera chez lui. Schirren lui écrit à propos cette photo : « Je sais maintenant que la photographie peut être un art majeur quand la durée est déjà vécue par l’artiste dans le moment de la prise de vue. Cette image se distingue par la durée qu’elle reflète. Vivre c’est durer. »

 

BIBLIOGRAPHIE
Le Rythme primordial et souverain, préfaces d’Anne Teresa De Keersmaeker, Maguy Marin et José Besprosvany coll. « La Pensée du mouvement », éditions Contredanse, Bruxelles, 1996 (réed. 2011).


 

EXPO: 
FOYER CINEMATEK #agedor / Entrée gratuite

Alain Roch,Fernand Schirren – © Francine D’Hulst 1996
Fernand Schirren – © Francine D’Hulst 1996
Fernand Schirren – © Francine D’Hulst 1996