facebook instagram twitter
X

Votre don fait vivre le cinéma !
Uw gift brengt film tot leven!

Si certains films sont qualifiés de « poétiques » par la critique et, dans une moindre mesure, par les cinéastes eux-mêmes, l’usage de ce terme relève bien souvent de l’impensé. Que désigne-t-on ainsi et pourquoi mobiliser une telle notion pour parler de cinéma ? Ce colloque, associant la KU Leuven et CINEMATEK, a pour ambition d’interroger de tels usages, sous l’angle esthétique, tout d’abord : un film serait-il « poétique » par ses partis pris formels ? Si la faible narrativité semble être une constante, serait-elle liée à des figures récurrentes, voire à des poncifs (usage de la voix off, tentation du muet, choix du noir et blanc) ? Quelle place accorder aux films mettant en scène des poètes ou se référant explicitement à des textes poétiques ? Feraient-ils, en raison de leur sujet, l’objet de recherches formelles particulières visant à en faire des films visuellement « poétiques » ? Il s’agira aussi de questionner les raisons de ces usages, des années 1920 à nos jours.
Réunissant des chercheurs en littérature et en études filmiques, ce colloque multipliera les angles d’attaque pour éveiller notre sagacité critique autour de cet objet fuyant qu’est le poétique.
Le colloque sera illustré par une programmation dédiée au cinéma poétique.


Pour ce nouveau rendez-vous de Our Story, nous avons choisi Portrait of Jason de Shirley Clarke, épopée romanesque où seul face à la caméra, Jason Holliday, se raconte et se met en scène. Tourné en une seule nuit dans une chambre du Chelsea Hotel avec une économie de moyens, ce dialogue intime, jubilatoire et bouleversant est l'un des films majeurs de Shirley Clarke, cinéaste farouchement indépendante. Son travail sur les marges atteint ici une grande complexité. Parce qu'il est noir, bisexuel, drogué et prostitué Jason est le marginal idéal pour l'Amérique blanche, puritaine et raciste. Le film s'avère aussi une lutte entre la cinéaste et son personnage, tentative de retirer le masque pour l'une, l’esquive et la distance pour l'autre. Ces deux thématiques, du cinéma et de l’identité, seront abordées dans un dialogue entre Louis Danvers, critique de cinéma et Massimadi, organisateur du premier festival de film LGBT en Belgique.


Olivier Lecomte pénètre dans les arcanes de ce film noir de Preminger, sur la dérive d'un batteur de jazz déchu. Avec Sinatra dans l'un de ses meilleurs rôles.

Nuit et Brouillard (1955), Alain Resnais' unforgettable account of the German concentration camp system, has shaped collective imagination of ultimate terror like no other film in history. Interestingly, it was distributed in several language versions each adapting the original text by Jean Cayrol to a specific national memorial culture. In a double screening, the program compares the French with the Dutch version, translated by Victor Emanuel van Vriesland in 1956.

In conversation: Karel Vanhaesebrouck (Université Libre de Bruxelles, RITCS - school of arts), Maurits Wouters (filmmaker, RITCS - school of arts), Tobias Hering (curator, Oberhausen)

A program proposed by the International Short Film Festival Oberhausen (re-selected project) in collaboration with the Royal Institute for Theater Cinema & Sound, supported by the Gœthe Institute Brussels.


Que nous reste-t-il d’un film après sa projection ? De cet art si concret dans sa réalisation, il ne demeure finalement que de l’éphémère, une matière à souvenirs ou à fantômes. Dans l’idée permanente de revisiter et de raviver à notre mémoire les ‘instants’ cinématographiques qui construisent notre inconscient collectif, le cours cherche à nous permettre de comprendre comment fonctionne un film. Une formule d'abonnement pour suivre l'ensemble des cours est disponible.
Cette 15ème édition des ‘fragments’ propose 8 séances organisées autour d’une thématique déclinée sous une série de formes variables, toujours dans le but de comprendre les outils fondamentaux de la création cinématographique. Ce thème est celui de la rencontre entre le sport et le cinéma.

Muriel Andrin est Docteure en cinéma et professeure dans la filière Ecriture et analyse cinématographiques — Master en arts du spectacle, de l'ULB. Son ouvrage Maléfiques. Le Mélodrame filmique américain et ses héroïnes (1940-1953) est paru en 2005 aux Éditions Peter Lang.

Réunissant des chercheurs en littérature et en études filmiques, ce colloque multipliera les angles d’attaque pour éveiller notre sagacité critique autour de cet objet fuyant qu’est le poétique. Le colloque sera illustré par une programmation dédiée au cinéma poétique.



Laurent Vanclaire est doctorant et assistant en cinéma à l'ULB. Il est également animateur de cinéclub et intervenant régulier dans le cadre des conférences organisées par le SCC.
Muriel Andrin est Docteure en cinéma et professeure dans la filière Ecriture et analyse cinématographiques — Master en arts du spectacle, de l'ULB. Son ouvrage Maléfiques. Le Mélodrame filmique américain et ses héroïnes (1940-1953) est paru en 2005 aux Éditions Peter Lang.
Laurent Vanclaire est doctorant et assistant en cinéma à l'ULB. Il est également animateur de cinéclub et intervenant régulier dans le cadre des conférences organisées par le SCC.