facebook instagram twitter
X

Votre don fait vivre le cinéma !
Uw gift brengt film tot leven!

Le réalisateur Michel Khleifi, né à Nazareth et installé à Bruxelles depuis les années 1970, est le cinéaste palestinien le plus reconnu. Son cinéma militant, observateur et poétique, décrit le quotidien du peuple palestinien, entre exil, mémoire et occupation. CINEMATEK a récemment achevé le travail de restauration de ses films qui font de lui un grand cinéaste de la lutte, de l’émancipation et de la liberté, et l’accueille le 26.09 pour une présentation au public.


En plus d'être un réalisateur, scénariste, critique rock, enseignant et chroniqueur, Marc Didden est également un cinéphile inconditionnel. Il était donc évident de l’inviter à composer une carte blanche des films qui lui tiennent le plus à cœur. Il nous explique ici pourquoi.


À notre demande, Michel Khleifi a composé une carte blanche qui reflète sa cinéphilie et évoque ses souvenirs de spectateur du musée du cinéma.


Après la venue d'Agnès Godard ce printemps, nous continuons de mettre en lumière les divers métiers du cinéma, et dès septembre c'est le travail de Marie-Hélène Dozo qui est mis en valeur. Monteuse et figure incontournable du cinéma belge, Marie-Hélène Dozo nous fait l'honneur de venir à trois reprises à CINEMATEK pour parcourir ses différentes collaborations : avec Bénédicte Liénard le 12.09, Roberto Minervini le 07.10 et les frères Dardenne le 30.11.


Roberto Minervini, l’une des voix les plus personnelles du cinéma contemporain récompensée de nombreux prix, est notre invité les 07.10 et 08.10. CINEMATEK se réjouit d'organiser enfin une rétrospective de son travail, accompagnée d’une carte blanche qui reflète son engagement, sa cinéphilie et son regard sur son pays d’adoption, les États-Unis.


Alors que son dernier film What You Gonna Do When the World's on Fire? fait le tour du monde, Roberto Minervini, l’une des voix les plus personnelles du cinéma contemporain récompensée de nombreux prix, est notre invité les 07.10 et 08.10. CINEMATEK se réjouit d'organiser enfin une rétrospective de son travail, accompagnée d’une carte blanche qui reflète son engagement, sa cinéphilie et son regard sur son pays d’adoption, les États-Unis.