facebook instagram twitter
X

Votre don fait vivre le cinéma !
Uw gift brengt film tot leven!

ARTISTS IN FOCUS

ANNE-MARIE MIÉVILLE

04.10 > 30.10


En collaboration avec Courtisane, Sabzian & SCC


CINEMATEK et Courtisane s’associent pour une large rétrospective du travail de la réalisatrice suisse Anne-Marie Miéville, cinéma de quête et de déchirure, qui par la force de ses dialogues et direction d’acteurs a montré toute son originalité. Le cycle propose de découvrir ses courts et longs métrages ainsi qu’une sélection des films qu’elle a co-réalisés et co-scénarisés avec Jean-Luc Godard. Cet ensemble unique sera présenté par une conférence inaugurale de Marie Anne Guerin le 04.10.

+ En savoir plus

07.10 Le Livre de Marie + Je vous salue Marie d'Anne-Marie Miéville, Jean-Luc Godard Le Livre de Marie“La petite Marie s'enferme dans son mystère de petite fille, dans son livre, dans la musique, dans la danse, pour refuser d'être marquée par ce qu'elle traverse… Pour filmer cette histoire de la petite Marie prise dans le moment où son père et sa mère se séparent, Anne-Marie Miéville a pris Ie parti d'observer Marie, sans s'identifier à elle mais simplement en enregistrant comment elle traverse ce premier bouleversement de sa vie, ou plutôt comme cet événement la traverse… Le film atteint à une émotion sèche et pure et à une vérité neuve sur la fin de l'enfance.” (Alain Bergala)+Je vous salue MarieAprès Passion, Godard tourne Prénom Carmen avant de se lancer dans un nouveau projet: réactualiser les Saintes Ecritures en transposant dans le monde d’aujourd’hui l’épisode de l’Annonciation ainsi que le mystère de l’Incarnation. “Comme le pain quotidien s’approche chaque jour de la bouche, il faudrait que le film rapproche le spectateur de son quotidien profond: aimer, donner la vie, la vivre, faire un enfant. C'est cela que représente Marie: elle est une image… Elle est une image vierge. Pas de traces. Pas d'empreintes. Être vierge, c'est être disponible, être libre. La densité humaine de chaque couple se retrouve dans l'histoire du couple que forment Joseph et Marie.” (JLG)
16.10 How Can I Love + Prénom Carmen d'Anne-Marie Miéville, Jean-Luc Godard How Can I Love (A Man When I Know He Don't Want Me)“Ce film d’Anne-Marie Miéville est du cinéma avant d’être un court métrage, et c’est un cinéma personnel. Il va droit à l’essentiel, sans fioritures, et sans aucune auto-protection… Le film tourne autour du scénario godardien par excellence, celui de Carmen justement: quelqu’un en aime un autre qui ne peut plus ou ne veut plus répondre à cette demande d’amour. Le titre d’ailleurs vient de Carmen Jones de Preminger. Même origine. Mais la situation est inversée, c’est la femme qui aime encore un homme qui ne l’aime plus, et c’est filmé plutôt du point de vue de la femme. Ce qui change tout.” (Alain Bergala)+Prénom CarmenAdaptation libre - initié et scénarisé par Miéville - du mythe de Carmen, où les amants fredonnent les airs de Bizet, sur fond de quatuors de Beethoven. Un opéra de désirs et de coups, avec des corps en attraction/répulsion et un Godard malicieux jouant les Buster Keaton. “S’il s’est trouvé que plusieurs metteurs en scène faisaient aussi des films qui s’appellent “Carmen”, c’est peut-être que Carmen est un grand mythe féminin, qui n’existe que par la musique. Et que si l’époque a voulu que les médias et l’audiovisuel s’emparent de ce mythe, c’est peut-être que la chose est dans l’air. Mais, qu’y a-t-il dans l’air? C’est peut-être Carmen, si on en parle… Mais c’est peut-être aussi soit le dernier combat des femmes contre les hommes, soit le premier?” (JLG)
28.10 The Old Place + De l'origine du XXIe siècle + Liberté et patrie de Jean-Luc Godard, Anne-Marie Miéville, Jean-Luc Godard The Old Place Le musée d’art moderne de la ville de New York a commandé aux réalisateurs et co-scénaristes français Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville un essai sur le rôle des beaux arts à la fin du xxe siècle. Ils ont produit un spectacle vidéo revigorant. Dans la continuité des essais visuels réalisés ensemble par ces deux cinéastes depuis une trentaine années, Godard et Miéville utilise The Old Place (Le vieux coin) pour exprimer leurs philosophies personnelles. Ce faisant, ils arrivent à donner voix à l’humanité dans son ensemble, posant des questions qui, parfois, n’ont aucune réponse concrète.Print courtesy of The Museum of Modern Art+De l'origine du XXIe siècle Une œuvre de commande, réalisée en 2000 pour l'ouverture du Festival de Cannes - "une tentative" comme le dit Jean-Luc Godard. "J'ai essayé de couvrir le souvenir des terribles explosions et crimes en tout genres des hommes par le visage des enfants et les larmes et sourires des femmes" (...) Le XXe siècle, pour moi, est ornement et masse; ce sont des destins isolés, noyés dans de grands courants, à moins qu'ils ne trouvent leur territoire dans une quelconque histoire qui est à la fois protection et consolation" (JLG).+Liberté et Patrie "Cette œuvre de commande pour l'expo Suisse 2002 est, à bien des égards, la réalisation la plus insouciante, bien qu'elle commence sur le 11 septembre. De nouveau se pose la question: qu'est-ce que la réalité, qui impose son interprétation? On assiste à un joyeux va-et-vient de trains le long du lac Léman, entrecoupé par des peintures et l'histoire du peintre Aimé Pache, qui partis pour Paris et revint dans le Vaudois dans les années soixante pour achever un grand tableau... " (Michael Althen)
Dim 28.10.18 / 19:00 / CINEMATEK - Salle Ledoux Ajouter au panier